mardi 12 mars 2013

On l'appelait le dépeceur...

 Cela ferait presque le titre d'une chanson des années 30...

Libération annonce que "Le procès du dépeceur s'ouvre à Montréal". Vu le détail de la liste des abominations commises par Luka Rocco Magnotta à cette occasion, on s'attend à un verdict sévère.

J'aurai aimé que le procès des dépeceurs de la part de la valeur ajoutée consacrée aux salaires, qui a, couplée aux spéculations financières abouti à la crise de 2008 et à ses suites catastrophiques pour beaucoup de peuples du monde, puisse aussi se tenir, avec la même célérité et la même sévérité.

Tant qu'à faire, pourquoi, en France, ne pas envisager le procès de ceux qui, depuis une dizaine d'année, se sont mis en tête de dépecer les conquêtes sociales du Programme du Conseil National de la Résistance: Retraites, protections sociales, droit du travail, ... Hélas, peu de chances que ce procès là aboutisse car il mettrait sur le banc des accusés les deux grands partis dominants du pays, zélés convertis au libéralisme financier.

D'autres ont été un peu plus malins, accompagnant la fabuleuse hausse des prix consécutive au passage à l'Euro, du maintien des taxes pour tout un chacun, sauf pour les riches ou, entre baisse des taux, sous-taxation des revenus du capital et niches fiscales, mais avec un résultat similaire.

Le dépeçage apparaît comme la grande spécialité de la fin du XXème siècle, se continuant pour encore quelques belles et longues années et, s'il fallait illustrer l'époque d'un symbole iconique, je vous proposerais de le sélectionner sur cette page.

Finalement, Luka Rocco Magnotta, se révèlera, historiquement, comme un tout petit amateur.
  • "Deux ans après Fukushima, la lente reconstruction", Libération.
  • "Pub gouvernementale : qui veut saupoudrer des millions ?", Com' c'est bizarre.
  • "Le logiciel de surveillance qui manque aux enquêteurs antiterroristes", Le Monde.
  • "Italie : récession fin 2012 aggravée, 2013 sous surveillance", Le Monde.
  • "A Dijon : "M. Hollande, elles sont où vos promesses ?"", Le Monde.
  • "Aux Pays-Bas, un élu d’extrême droite se convertit à l’islam", Big Browser.
  • "Les objets intelligents nous rendent-ils bêtes ?", InternetActu.
  • "Quand l'Etat actionnaire perd la boule", Marianne.
  • Sur MediaPart: "Qui est l’auteur du rapport sur le vieillissement de la population remis ce lundi à Jean-Marc Ayrault et à la ministre déléguée Michèle Delaunay ? Un ancien représentant des maisons de retraites à but lucratif ? Un homme d’affaires avisé qui dirige plusieurs journaux spécialisés sur ces questions ? Le directeur d’une société de conseil et de formation qui a facturé son expertise aussi bien à des établissements pour personnes âgées qu’à des collectivités ? Ou bien encore le « Monsieur Personnes âgées » de François Hollande pendant sa campagne présidentielle ? Le conseiller spécial de l’association des départements de France, toujours sur ces mêmes questions de vieillissement ? Luc Broussy est tout ça à la fois"
  • Nice: "42bis rue Trachel (2/2) : les cabanons au fond du jardin", L'intrus.

6 commentaires:

  1. Programme du CNR.... voilà qui est bien adapté au monde que nous vivons et qui a tout à voir, politiquement, socialement, économiquement avec la fin des années 40 ! Faire jeune, frais, et récent ! La réussite est au bout !!!

    Et on enchaine avec les guerres de religions et la saint-barthélemy pour refaire du neuf ? Ah ! la vieillesse est un naufrage...

    RépondreSupprimer
  2. Contrairement à l'eau qui coule toujours vers les points les plus bas, l'argent à tendance à être attiré par les sommets. Comme le dit JC le programme du CNR visait à éviter ce phénomène...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien ce que JC reproche au CNR, précisément....

      Supprimer
    2. Je ne reproche rien au CNR !!!
      Autre temps, autres contraintes ...

      C'est aux "cons d'aujourd'hui" qui s'appuyent sur des guideline d'il y a 70 ans pour "acter" dans le monde actuel que je reproche leur aveuglement idéologique quasi religieux !

      Le CNR a fait un boulot, temporellement limité, estimable. Pas immortel ! le temps passe et rend les idées du passé ... inutiles, car inapplicables.

      Supprimer
    3. Il ne s'agit pas pour moi de retourner au passé, mais de s'élever contre le fait que, depuis 30 ans, les acquis des pauvres et classes moyennes sont grignotés avec grande persévérance et que les plus riches s'enrichissent comme jamais.
      Et les "cons d'aujourd'hui" sont peut être ceux qui s'accommodent de ça.

      Supprimer