mardi 3 mai 2011

La double mort de Ben laden

 "Ce soir, je suis en mesure d'annoncer aux Américains et au monde que les Etats-Unis ont mené une opération qui a tué Oussama ben Laden, le dirigeant d'Al-Qaeda, un terroriste responsable du meurtre de milliers d'innocents..." C'est la déclaration de B. Obama annonçant l'évènement.

Il aura fallu près de 10 ans pour que l'homme le plus recherché du monde, dont  chacun savait qu'il était réfugié au Pakistan reçoive le châtiment amplement mérité. Mais, malgré les méfaits d'Aqmi en Afrique subsaharienne et le très récent attentat de Marrakech, Ben Laden était déjà symboliquement mort depuis quelques mois.

Les révolutions des pays arabes, les revendications démocratiques qui les concernent à peu près tous ont sonné le glas des liens qui avaient été opérés entre les masses arabes et les intégristes à partir des années 90, dans la foulée de la défaite de l'armée rouge en Afghanistan et des exploits de la CIA qui les avait armés...

Partout, la contestation politique qui trouvait, dans l'intégrisme musulman, le seul exutoire, l'a laissé tomber telle une vieille chaussette au bénéfice de revendications sociales, démocratiques, voire carrément laïques.

Je lisais dernièrement dans je ne sais plus quelle gazette en-ligne tunisienne, qu'une partie des mosquées tunisiennes avaient vu leurs imams modérés chassés par par des radicaux musulmans et que leur fréquentation, du coup, avait baissé de plus de moitié. L'auteur de l'article constatait que seule une petite partie de ceux qui en étaient partis avait rejoint d'autres mosquées dont les imams restaient modérés. Les plus nombreux avaient décidé de pratiquer chez eux, rejoignant la masse des "croyants mais pas pratiquants" de religions européennes, premier pas vers une pratique culturelle et non plus religieuse de la religion dans la plupart des pays démocratiques.

Alors, certes, le terrorisme intégriste n'est pas éradiqué. Attendons-nous, pour encore quelques années à quelques soubresauts de la bête. Mais la simultanéïté des révoltes des masses arabes et l'exécution de Ben Laden n'est historiquement pas une coïncidence.

Cela ouvre de belles perspectives, à moins que les pays occidentaux, la Chine et la Russie n'aient pas compris la leçon et persistent à soutenir des bouchers, dictateurs et roitelets arabes n'offrant que la religion comme exutoire à leur corruption, leurs répressions sanglantes, l'absence de libertés et la confiscation au profits des clans au pouvoir des revenus du pétrole et des matières premières.
Cette année 2011 aura, au moins de ce point de vue là, une bonne et belle année. 

Ps- Du fait des récents incidents indépendants de ma volonté, je vais devoir abandonner un de mes deux blogs, voire les deux au bénéfice d'un 3ème, dans les jours qui viennent, ne laissant subsister sur l'(es) autre (s) qu'un rappel hebdomadaire des posts. Pour être certain de retomber toujours sur le bon blog, remplacez, liez et retenez l'url:
http://www.blogajef.fr
avec laquelle vous serez re-dirigé automatiquement vers la solution choisie. Merci. 

36 commentaires:

  1. "(...) reçoive le châtiment amplement mérité(...)

    Ainsi, vous êtes un partisan de la peine de mort ?

    RépondreSupprimer
  2. Non, nous étions là dans une logique de guerre, pas dans du civil.

    RépondreSupprimer
  3. Une logique de guerre, quelle guerre ? La guerre de Bush contre l'Axe du mal ?

    Pas convainquant Jef comme argument. Tu étais le premier à t'indigner de l'exécution de Saddam Hussein.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne me souviens pas de m'être indigné de l'exécution de Saddam Hussein, mais de l'invasion de l'Irak au nom des armes de destruction massives et de la médiatisation de sa pendaison.
    Et si tu ne vois pas que, depuis 2002, il y a guerre en Afghanistan avec les talibans, c'est que tu as besoin de changer tes lunettes.

    RépondreSupprimer
  5. Effectivement il y a une guerre en Afghanistan contre les talibans, avec le succès que l'on connaît.

    Donc, si je suis ton raisonnement, une guerre en Afghanistan donne le droit d'intervenir au Pakistan. Bon c'est bien là une conception étrange du droit international. Il n'y aucune guerre au Pakistan, désolé.

    Quant à l'exécution de Saddam, je me souviens parfaitement que tu disais être contre la peine de mort condamnant ainsi son exécution et soutenant la position de Badinter qui au lendemain de l'exécution de Saddam Hussein estimait que cet acte constituait « une faute politique majeure »

    RépondreSupprimer
  6. Il y a des années que les armées occidentales d'Afghanistan interviennent au Pakistan dans les territoires tribaux du Nord Est. L'exécution de Ben Laden est un acte de guerre.
    Pour Saddam Hussein, boucher dont je me soucie peu du sort, il y a eu "procès". La médiatisation de la pendaison a constitué, je le pense encore,une faute politique majeure.

    RépondreSupprimer
  7. La médiatisation de la pendaison de Saddam ? Mais de quelle médiatisation tu parles ? Il y a bien eu une video qui a circulé sur le net et qui a été faite par les iraniens eux-mêmes, mais cela n'est en rien comparable à la médiatisation planétaire de l'exécution de Ben Laden.

    Tout ça c'est de la réthorique, si on se réjouit de l'exécution de Ben Laden comme tu le fais on doit se réjouir de la pendaison de Hussein et cela pose la question soulevée à juste titre par Etienne.

    Enfin, je ne suis pas de comprendre. Tu condamnes la guerre en Irak mais tu approuves la guerre en Afghanistan ?

    RépondreSupprimer
  8. Entendre proférer "justice est faite" à propos d'une exécution extrajudiciaire me laisse un peu sur ma faim. Ça rappelle Pasqua sortant de la maternelle de Neuilly. Mais bon, ne soyons pas angélistes, il n'était sans doute pas possible d'exfiltrer le barbu, et le garder en taule aurait été carrément dangereux pour les civils américains de par le monde. Alors, une balle perdue pendant l'assaut, c'est regrettable mais bien pratique.

    RépondreSupprimer
  9. C'est un bonheur que cette charogne ait été butée.

    Un procès, pourquoi faire ? Pour médiatiser ce salaud et ses délires ? Justice est faite...

    RépondreSupprimer
  10. Je ne crois pas un mot de l’évolution idylique des pays arabo-musulmans, telle que décrite dans le billet, reflet des rêves occidentaux.

    Les révolutions de jasmin sont en trompe-l’oeil, les jeunes éduqués ont utilisé de nouvelles techniques de communication et vont essayer de promouvoir la “démocratie”, ou partir en Occident. Mais la majorité des peuples, inculte, restera et apportera ses voix aux islamistes car le niveau religieux et clanique est plus vivace que le niveau politique qui n’a pu se développer sous les dictatures.

    Observez bien l’Egypte, l’accord Armée/ Frères Musulmans, et vous comprendrez vite que “tout change pour que rien ne change”. A la place des dictateurs, nous aurons des ayatollahs chargés du peuple, et des militaires chargés du business !

    RépondreSupprimer
  11. Oui je partage en partie l'avis de JC. Je pense que l'analyse de Jef s'inscrit dans ce que Finkielkraut appelle à juste titre l'arc islamo-gauchiste.

    Voir mon super blog, le seul média libre et indépendant à Nice !

    RépondreSupprimer
  12. Tu sais ce qu'il te dit le partisan de l'arc islamo-gauchiste ?

    RépondreSupprimer
  13. En outre, la capture de Ben Laden aurait vraisemblablement donné lieu à une myriade de prise d'otages dans pas mal de pays, ce qui aurait certainement arrangé les choses.

    RépondreSupprimer
  14. Je précise ma position :
    - je ne regrette pas la disparition de Ben Laden (ni de S. Hussein)
    - je ne condamne pas non plus a priori que l'armée américaine prenne le risque de le tuer en cherchant à l'arrêter (que je suis naif :-) )
    - j'ai beaucoup plus de mal avec les cris de joie suite à l'annonce de sa mort. L'humiliation et la basse vengeance n'ont jamais réglé grand chose, elles peuvent tout au plus servir à maintenir le feu nécessaire sous les conflits pour qu'ils ne s'éteignent pas
    - je ne pense pas que quiconque "mérite" la mort, dis autrement, je suis contre la peine de mort. Guerre ou pas, pour moi, nous sommes là dans les principes.
    Je pourrais (et devrais probablement) développer un peu mais c'est précisément sur ce genre de mort qu'il ne faut pas se laisser aller (pour des tas de bonnes raisons) à accepter l'exécution d'un humain (je ne sais pas si c'est le cas) et se réjouir de sa mort. Si on l'accepte là, on l'acceptera pour le violeur d'enfant, etc. et on devient dans les faits favorables à la peine de mort.

    RépondreSupprimer
  15. Entendons-nous bien. Je n'ai jamais réclamé et jamais ne réclamerai la mort de quelqu'un, même si quelquefois, cela m'oblige à un effort.
    Je me borne à constater ce qui s'est passé et à dire que, personnellement, je pense que ce sort est amplement mérité.

    RépondreSupprimer
  16. Etienne,
    c'est bien d'avoir de beaux principes : cela veut dire que vous n'auriez pas buté Hitler ou Pol Pot si vous en aviez eu l'occasion ...!?

    RépondreSupprimer
  17. @Jef : je sens que l'on est d'accord mais que l'on pourrait essayer de se convaincre que l'on ne l'est pas pendant des dizaines de messages...
    @JC : n'ayant jamais porté d'armes, si ce n'est un couteau à viande pour servir le poulet, j'ai un peu de mal à imaginer la situation. Je vais cependant me répéter : je veux bien admettre que l'on prenne le risque de tuer un type comme Ben Laden lorsque l'on essaie de l'arrêter, ça ne doit cependant pas à mes yeux autoriser les exécutions, ni entrainer des cris de joie. J'aspire à une société civilisée (et il y a du boulot). Dans l'esprit, quand on accepte que dans une société civilisée, une justice digne de ce nom n'envoie pas le voleur de poules (multirécidivistes, etc.) à l’échafaud, on peut comprendre que pour les mêmes raisons, PERSONNE ne mérite d'être exécuté.

    Je sens un soupçon de raillerie dans l'expression "beaux principes". Pour la peine de mort, on ne peut être contre que par principe (et si on n'est pas contre, on est pour...) : si on commence à se pencher sur des situations individuelles, on ne peut pas s'en sortir. (ne serait-ce que par respect des proches des victimes ou les victimes elles-mêmes, ce n'est pas tenable)

    RépondreSupprimer
  18. D'accord avec JC sur l'évolution des pays arabes et des soit disant révolutions!
    Vraiment un post du monde des bisounours....
    consternant de naïveté!
    Quel bonheur cette exécution de ben laden!
    Slinn

    RépondreSupprimer
  19. Par principe et par position philosophique, je préfère, et de beaucoup, être qualifié de bisounours qu'être nostalgique des thèses de GW Bush et S. Palin. Je ne considère pas les "arabes" comme des sous-hommes voués aux forces du mal.
    Pour le reste, l'avenir nous le dira.

    RépondreSupprimer
  20. Le débat ne porte pas que sur les sentiments personnels mais aussi sur une question politique. A titre individuel tout le monde (ou presque) se réjouit de la mort de Ben Laden !

    Le raid américain est un assassinat ciblé, en dehors de tout cadre juridique. La question qui se pose est donc de savoir si l'on autorise les états à effectuer des assassinats ciblés. On ne peut pas dire "Justice has been done" alors qu'il s'agit d'une exécution sommaire.

    Comme dirait Etienne, il s'agit de principes, et si l'on commence à se pencher sur des situations individuelles on ne peut pas s'en sortir.

    On ne peut pas d'un côté approuver l'assassinat ciblé effectué par les américains et de l'autre condamner les assassinats ciblés d'Israël.

    Quant à la peine de mort, je rejoins également JC. Je pense qu'il ne faut pas pousser trop loin l'abolition de la peine de mort. Elle est amplement méritée lorsqu'il s'agit de crimes contre l'humanité et dire cela, ce n'est pas faire des cas particuliers, mais rester dans les principes. C'est pour cela que j'approuve la condamnation à mort de Saddam Hussein.

    RépondreSupprimer
  21. Moi, je le répète, je suis opposé à la peine de mort, crime contre l'humanité ou non.
    Ceci dit, il y a des exécutions qui ne me font ni chaud, ni froid et sur lesquelles j'ai simplement un regard en terme d'efficacité pour refabriquer du social.

    RépondreSupprimer
  22. Des années de réflexions lentes (?), poussives (!), et probabilistes (...), mon admiration pour le physicien quantique Richard Feynman m'ont conduit à ne jamais être binaire.

    Donc le coup : "si on est pas contre, on est pour", c'est pour moi totalement faux, simpliste et contraire à la nature des choses.

    On peut être "pour / contre" la peine de mort. C'est mon cas !

    RépondreSupprimer
  23. Je rejoins complètement la position d'Etienne. Ne pas sauter de joie à l'annonce de l'exécution d'un salopard ne veut pas dire qu'on aurait préféré qu'il soit mort dans son lit entouré de l'affection des siens. En outre, il y a quelque chose de réjouissant à être qualifié d'islamo-gauchiste par un con sentencieux comme Finkielkraut, avec sa lénifiante morale à deux balles - et à deux vitesses.

    @JC
    Si j'avais eu Hitler ou Pol Pot dans mon viseur, j'aurais tiré sans hésiter, mais je n'en aurai sûrement pas conclu "justice est faite". Plutôt "un salopard de moins". Il y a une légère différence.

    RépondreSupprimer
  24. Tiens, je n'avais pas compris, en lisant "Lumière et matière", que Feynman était indifférent à la peine de mort.

    RépondreSupprimer
  25. Bertrand,
    - je ne vois pas où est "la légère différence"
    - je n'ai pas parlé de la position de Feynman sur la peine de mort, de cela je me tape, mais sur son analyse causale des choses de ce monde

    RépondreSupprimer
  26. @JC
    Si je me garde en général d'avoir une position binaire même lorsque ma vitesse est bien déterminée, pour ce qui concerne la peine de mort en tant qu'élément d'un code pénal, c'est un "non" encore plus net, tranché et définitif que pour Jef en 2005, c'est vous dire. J'aurais tiré sur Hitler sans hésitation, mais ne l'aurais pas condamné à mort même si je ne désapprouve pas ce qui s'est fait à Nuremberg (on frise le point Godwin). Par principe, je pense que NUL ne doit être condamné à mort par un système judiciaire. Je suis étonné que cette logique vous échappe : quelqu'un qui a lu Feynman ne peut pas être totalement stupide.

    RépondreSupprimer
  27. "Je suis étonné que cette logique vous échappe : quelqu'un qui a lu Feynman ne peut pas être totalement stupide."

    Vous l'avez mal lu : ce cas est possible !

    RépondreSupprimer
  28. "J'aurais tiré sur Hitler sans hésitation, mais ne l'aurais pas condamné à mort"

    Camarade Bertrand est un vrai justicier.

    "Par principe, je pense que NUL ne doit être condamné à mort par un système judiciaire."

    Oui et tout le monde peut se faire justice soi-même.

    RépondreSupprimer
  29. Il y a des questions pour lesquelles la réponse ne peut être que 'OUI' ou 'NON'. C'est le cas de la peine de mort. Il n'y a que deux choix :
    1 - la justice peut condamner un humain à mort
    2 - la justice n'est pas autorisée à condamner un humain à mort.

    On peut disserter autant que l'on veut sur le sexe des anges, sur cette question, c'est oui ou c'est non. Le 'POUR' est absorbant, relisez FEYNMAN si nécessaire.

    Dès que l'on franchit la ligne du "TOUJOURS CONTRE", la position n'est plus tenable : si on est pas toujours contre, comment justifier qu'un assassin de gosse ne soit pas condamné à mort ? Qui ira expliquer cela à ses parents ? Qu'est ce qui peut justifier que l'on puisse condamner à mort Ben Laden et pas un tueur de gosse ? Si la réponse est : "je l'ai lu dans FEYNMAN", je veux connaître le tome et la page :-)

    RépondreSupprimer
  30. Je vois que Le Biscarra est à l'image de son blog : plein de finesse dans ses appréciations. Inutile de nourrir le troll.

    RépondreSupprimer
  31. @Jef
    C’est d’un compliqué tous vos sites wueb !
    Le candidat à la présidence USA arborait : « Yes we can »
    Après la mort du barbu enturbanné: « Yes il est cané !»
    Revenons à des choses sérieuses
    Après la recette du « Carry », j’attendais la composition du dessert !
    la mort de « Ben Laden », c’est la cerise sur le gâteau.
    Au cimetière, au moins, on sait où est le mort. Dans la « flotte », ils ne le verront plus !
    Notons ,qu’ils ont bien retrouvés le Titanic et les boites noires du vol d’Air France …
    Les « croisières paquet » sont sur le coup !:-)

    RépondreSupprimer
  32. @Jef
    Le biscarra Wrote ( quand on écrit sur un blog english il faut respecter la couleur locale) : « « Voir mon super blog, le seul média libre et indépendant à Nice » »
    Mais indépendant de qui ?
    Vous qui le connaissez , c’est sérieux (j’ai pas vu de smiley) ?
    « blog satirique pour libérer la parole des militants socialistes du 06 »
    Ils sont bâillonnés les militants socialistes dans le 06 ?
    Militants socialistes ou militants du P.S. ?
    Si les militants du PS 06 n’ont plus la parole … pour entendre des voix, ils s’adressent à Benoit XVII (porte parole de M .Aubry)

    RépondreSupprimer
  33. Le Biscarra est un copain à moi qui s'amuse à être excessif.
    Pour mon blog, désolé, je n'y suis pour rien et je cherche les solutions. La meilleure pour ne plus se tromper, pour l'instant, est d'y venir par l'url: http://www.blogajef.fr

    RépondreSupprimer
  34. Ça balance, ça balance. Je ne vois point d'excès dans mes fins propos. Tu penses vraiment que les militants du PS06 ont la parole ?

    Pour la finesse et la modération, c'est vrai qu'il y a le camarade Bertrand qui n'hésite pas à traiter un grand philosophe de "con sentencieux". Certes Finkielkraut a osé dire que l'équipe de France était black-black-black et non black-blanc-beur. Tout le monde avait dénoncé ces propos. Aujourd'hui la FFF veut mettre des quotas !

    RépondreSupprimer
  35. Je viens d'entendre à la radio que Ben Laden vivait depuis 6 ans avec 9 femmes. La seule question vraiment importante est : comment a-t-il fait pour tenir aussi longtemps ?

    RépondreSupprimer
  36. @bertrand
    « (...) comment a-t-il fait pour tenir aussi longtemps » ?
    grâce à son labo de pilule bleue ! C’est comme ça que les « ricains » l’ont piqués .Les retombées des scories provoquaient des étranges réactions sur les « troufions » de l’US Army
    Le barbu enturbanné vivait avec 9 femmes ?!
    P… c’était un as de la cabriole, on n’aurait pas dit !
    Avec autant de gonzesses, sa prostate elle était "nickel" !
    Vous savez pourquoi autant de femmes ?
    Dans un pays où les mines anti-personnelles pullulent, le barbu, qui passait pour un progressif en invitant les « mouquères » à marcher devant, se servait d’elles, comme détecteur de métaux !

    RépondreSupprimer