vendredi 2 décembre 2011

Accouchements

Un article de mon ex-blog, datant de 2008, qui m'avait valu de nombreuses protestations de la gent féminine.

Au départ, mardi soir, une soirée que j'appréhendais: 4 femmes dont la mienne et une amie médecin-gynécologue, toutes mères de familles, à l'invitation de mon épouse. J'avais préparé une daube de joues de boeuf et, seul homme de l'assemblée, prévoyais donc, au prétexte d'un travail urgent, de filer à l'anglaise dans le bureau, sur mon ordinateur, dès mon assiette terminée.

En effet, instruit par l'expérience, je craignais que la réunion de ces dames, au demeurant chacune charmante, intelligente et cultivée, ne fasse émerger le pire cauchemar d'un homme, dès lors qu'elles se trouveraient réunies: la soirée "accouchements", thème sur lequel elles sont généralement intarissables.

En général, cela suit la chronologie suivante: surprise lors des signes avant-coureurs d'un accouchement plus ou moins prématuré, pertes d'eaux, réveil en sursaut du mari ébahi, transport mouvementé à la clinique, interminables attentes, péri-durales ou non, épisiotomies, douleurs ou "comme une lettre à la poste", ...  Détaillant avec forces détails et grands rires tous les comportements naïfs, stupides, maladroits, ou risibles des époux (généralement ridicules dans ces situations-là, surtout la première fois), moi compris bien entendu. 
De pénibles précédents m'avaient montré que ces discussions se poursuivent généralement d'une analyse comparée entre le premier accouchement et le ou les suivants, puis de ceux de leurs amies non-présentes ce soir-là,... 
Elles peuvent tenir ce thème des heures et des heures... Bref, la soirée qu'un homme normalement constitué ne souhaiterait pas à son pire ennemi.

Et cela a réellement commencé ainsi, d'autant qu'une cinquième est arrivée ex-abrupto... Je préparais la phrase d'excuses, avec le ton navré adéquat, me permettant d'abandonner une soirée en si agréable compagnie quand la providence (il y a des fois où on pourrait en arriver à croire en Dieu) est venue à mon secours.

Successivement et très rapidement, alors que cela n'était pas prévu, un, puis deux, puis trois représentants du sexe "fort" sont arrivés, ont fini la daube et les pâtes fraîches et, pousse-café aidant, m'ont permis une soirée des plus sympathiques, revenant à des sujets de conversation plus civilisés.

Mais il s'en était fallu de peu..!
  •  Ce soir, au CAL Bon Voyage, Pont René Coty, 06300 Nice, Nice, 18h30-21h30, terminus Est du Tram:  A l’occasion de la venue de Jean-Yves Petit, Vice-Président de la Région PACA, délégué aux Transports, Annabelle Jaeger, Conseillère régionale et Mari-Luz Nicaise, Conseillère municipale de Nice vous invitent à un Débat:
    « Regards croisés sur les transports publics
    dans les Alpes-Maritimes et le Pays Niçois »
  • "Un ex-Sage qualifie de "belle entourloupe" la validation des comptes de campagne de Balladur", Le Monde. Et "Karachi : le juge conforte la piste des retraits en liquide des banques suisses", Le Monde.
  • "Le grand égarement", Le Monde. "Actuellement, la zone euro est dans une impasse. Plus les "politiques d'austérité" se généralisent et s'approfondissent, plus la croissance diminue et l'on plonge vers la récession". ****
  • "Les dossiers de surendettement en hausse de 8,1% sur un an", Libération.
  • "Le solaire a presque gagné le pari de la compétitivité", Le Monde. **** 

7 commentaires:

  1. Alors plus rien sur le fabuleux printemps arabe?
    Les révolutions démocratiques? Nous étions nombreux, alors ,à te dire que les islamiques en tireraient bénéfice....Mais dans tes chimères d'ancien soixante huitard, tu le niais, et maintenant les faits sont là....et jef se tait!

    RépondreSupprimer
  2. Le Printemps arabe ? Un emballage occidental (médiatique), pour un paquet-cadeau vide (voire avarié) !

    Comme disait le divin marquis de Sade : "Amis, encore un effort (...de six siècles), si vous voulez être républicains !"

    RépondreSupprimer
  3. Si vous préférez Ben Ali à la nouvelle majorité en Tunisie, n'hésitez pas à le dire. Après tout, il y en a qui ont soutenu Staline jusqu'au bout.

    RépondreSupprimer
  4. Comparer Ben Ali à Staline... ? C'est comparer l'incomparable ... mais il est vrai qu'un écologiste evajolyesque sait, peut, et doit le faire pour épater le bourgeois !

    RépondreSupprimer
  5. Analogie (de structure) n'équivaut pas à identité (des termes).
    Un matheux devrait avoir ça.

    RépondreSupprimer
  6. Docteur JC'Abuse2 décembre 2011 à 11:56

    Une reflexion con en appelle souvent une autre ! Sans rancune !
    (ceci dit, je crois que nos soeurs arabes vont déguster dans les années futures, en compagnie des juifs, des cathos, des coptes etc,etc ... je les plains !)

    RépondreSupprimer
  7. @Jef
    Ces dames ont effectué un « narrathon » (concours de d’endurance entre conteuses)
    Si j’ai bien lu : « Ces dames vous dérangent ! »
    Dans l’assistance , y a-t-il une « dame qui jouit d'un nom bien côté ? »
    Pour filer la métaphore filmographique :
    « Cinq dames chez vous c'est une réception, chez moi, c't une partouze ! Et l'lendemain, si nous avons des boutons, vous, c'est le homard, moi, c'est la vérole ! »
    En quelques mots , voilà ce qui distingue un prolétaire qui achète sa pitance dans un « low cost market » d’un écolo qui mange et nourrit ses invitées chez « bobo bio market » !
    J'demande si j'ai encore les moyens de voter à gauche ! : -)

    RépondreSupprimer