mardi 14 août 2012

A perte de vue

C'est très angoissant de se rendre compte que sa vue baisse. Et j'ai bien peur d'en être à nouveau victime.

Avec mon épouse, nous partageons largement ce qu'on appelle généralement les tâches ménagères: pour moi, les courses et à manger, et, assez régulièrement mon tour  de ménage: balayer, passer la serpillère, faire disparaître un peu de la poussière. 
Si les premières ne me coûtent guère, je dois avouer que je apprécie très peu les secondes.


En période de "vraies vacances", mon épouse absente, je m'astreins à ce que le réfrigérateur soit toujours plein, les plans de travail de la cuisine toujours impeccables, la vaisselle régulièrement sortie du lave-vaisselle et le bouteilles vides rangées dans le jardininet avant d'être amenées au container de ma rue.

J'ai par contre, lors de ces périodes, constaté avec stupéfaction, aberration physiologique, que ma vue baissait sélectivement, incapable de discerner les cendres de cigarettes qui entourent mon cendrier sur le bureau, les miettes de pain et autres reliefs autour de la table, les poils de Figatel en véritables petites touffes à certains endroits, les traces terreuses de ses pattes sur le sol après qu'il ait fait un tour au jardin frais arrosé, la poussière qui s'accumule autour de la télévision, sur les meubles, étagères et bibliothèques. Et je ne parle pas du lit, défait en permanence ni de la salle de bains. 
Je sais, vous n'allez pas me croire, mais je ne vois plus rien de ces choses là.

Il faut reconnaître, à ma décharge, que mes visiteurs, plus préoccupés de la fraîcheur de la bière et de la qualité des mets et des vins, ne m'aident pas beaucoup, ne sont jamais regardants sur l'état de la maison et ne jettent jamais un oeil réprobateur sur l'état des sols.

Ce n'est que lorsque les dégâts ont atteint un certain niveau, voire un niveau certain, que mes yeux retrouvent soudainement leur acuité et, pestant contre cette subite mauvaise vue, je morigène le chien, maudit mes visiteurs de fin d'après-midi et du soir pour produire autant de saletés et, après mûre réflexion sur l'organisation de la chose, je me lance dans un grand ménage qui me laisse en sueur, à l'issue duquel Figatel profite du sol encore mouillé d'une serpillère énergique pour se lancer dans une visite systématique des moindres recoins de l'appartement et où je me félicite que mon épouse ne soit pas rentrée à l'improviste.

Je crois qu'il est temps que je consulte un oculiste et/ou que je change mes lunettes.
  • "Etre les meilleurs en maths, et comment le rester", Le Monde.
  • "Grèce : l'écroulement sans fin", Libération.
  • "Economie: Sarkozy n'a pas maîtrisé le facteur temps", Les Echos... Et ce sont eux qui le disent...

13 commentaires:

  1. - Il est clair que la femme étant le "complément torchons, gosses, cuisine", de l'homme (comme diraient les malades Ennahda du pays de Bourguiba, en train de retourner au moyen-âge ), un homme de votre qualité ne devrait pas approcher le moindre balai, la moindre petite pelle à poussière ...

    - Il est tout aussi clair qu'il faut consulter immédiatement.

    - Les Grecs ont ce qu'ils méritent, ils ont triché au delà du raisonnable et tout se paie. A sortir le plus vite possible de la zône Euro avant qu'il ne soit trop tard.

    RépondreSupprimer
  2. Oh, les méchants grecs qui ont trichés , beaucoup moins que les USA tout de même.
    Athène sera le Stalingrad du système financier européen et certains de par leur réflexion mériteraient bien d’aller faire un tour sur « le front russe ».
    Barbajohan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toute la population grecque a triché. Toute ! Ou presque... Pas seulement quelques financiers spéculateurs, comme aux USA !
      Quand à la référence à la "victoire russe" à Stalingrad, celle de la napoléonienne Berezina me paraît mieux convenir, en temps de crise !

      Supprimer
  3. Vous faites tout … les sols, les cuivres et vous donnez le ‘’LA’’. Vous ne « jouez » pas dans une masure mais, dans un orchestre philarmonique!
    Comment va le dos ?
    Ah le bon temps jadis où les femmes tenaient la maison, repassaient le linge et briquaient les cuivres !: - )
    Vous n’avez pas un »problème de vue » mais de longueur de bras et de jambes
    Vous trompez pas de spécialiste ! : - )

    conseil
    il y a un engin de préférence électrique qui aspire tout sur son passage ... en vente dans magasin "électroménager"

    RépondreSupprimer
  4. Il y a 25 ans que je fais (en théorie) seul le ménage à la maison. Heureusement je n'ai pas de chien. Donc, çà marche ! (pour moi) C'est aussi pourquoi j'aime la moquette un peu foncée : on ne voit rien. Mais ce n'est qu'un peu de poussière.

    Quant à repasser le linge... j'ai un beau fer, il est encore neuf depuis bientôt trente ans !

    Et je dois donner un truc à Bruno. Presbyte, j'ai deux paires de lunettes. Dans la maison je ne porte que celles de vision de près (30-35 cm selon mes indications), donc ainsi on ne voit pas les miettes, sur le sol.

    Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

    RépondreSupprimer
  5. Enfin ! Ta femme est partie ? Elle a compris, elle a mit le temps, la pauvre !!!

    RépondreSupprimer
  6. Ce n'est que provisoire, de brèves vraies vacances...

    RépondreSupprimer
  7. @Jef
    Qu'un homme puisse aimer sa femme et surveiller la propreté des sols est une ambiguïté difficile à comprendre.
    V’avez intérêt à retrouver votre vue dès son retour pour mesurer à quel point son teint de jeune femme
    est revenu en votre absence …. Curieux non ?
    Sauf (cf « Louis ») si elle a trouvé un bel éphèbe de 25 ans en pleine possession de ses moyens virils, ayant un QI de 250 et un larfeuille épais comme le bottin de la ville de Nice !
    C’est pas avec une vue et des sols ‘’nickel’’ que vous allez rattraper le coup ! : - )
    Faudra revenir aux fondamentaux de votre jeunesse

    RépondreSupprimer
  8. @Jef
    vous n"avez pas vu les "smileys" ?
    désolé ...

    RépondreSupprimer